Envoyer Imprimer PDF

 

Le Collectif regroupe 169 membres provenant d'institutions

d'enseignement supérieur et de recherche





Dans le cadre du Cycle de conférences 2014

du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste

Jeudi 1er mai 2014, à l'UQAM :

Le Québec et l'impasse pétrolière


Information sur la conférence




 

Dans le cadre du Cycle de conférences 2014

du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste

Jeudi 27 mars 2014, à l'UQAM :

Débat citoyen et politiques publiques: Sortir de l'ombre de la "gouvernance" ?

 

Information sur la conférence

Exposés disponibles dans la section vidéos
Diaporamas électroniques:
Florence Piron, Ph.D
Bernard Saulnier, Ing.
Exposé de Marc Brullemans

 





Mémoire présenté dans le cadre des Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n° 37

 

Le Mémoire du Collectif scientifique sur la question des gaz de schiste sur le projet de loi 37

Commentaire de Marc Durand

 




Première conférence 2014 du Collectif scientifique
 Mercredi 19 février à l'UQAM:
Aménagement et gouvernance - L'invasion territoriale

Information sur la conférence

Conférences disponibles dans la section vidéos

Diaporama électronique:

Une simulation de l'invasion territoriale du gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent
Synthèse de la conférence de Robert Desjardins

 




 

Pétrole d'Anticosti 


Conférences de Marc Durand

1- L'hypothétique gisement d'hydrocarbures non conventionnels
d'Anticosti: risques et enjeux

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


2- Les gisements d'hydrocarbures de roche mère (Dakota et Anticosti)


JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


Voir aussi la section vidéo

 




Commentaire du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste

en réponse au Manifeste pro-pétrolier signé par Bernard Landry et coll. (janvier 2014)

 Commentaire sur le Manifeste en faveur du développement pétrolier

   Réponse de Jean Baril, membre du Collectif, sur le manifeste pro-pétrolier

 



 

Mémoire du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec

 

Mémoire déposé à la Commission sur l'avenir des enjeux énergétiques du Québec

 

 




Participation de Marc Durand à un débat scientifique en France

 

à Charles Lamiraux, géologue de l'IFPEN, l'Institut Français du Pétrole et des Energie 

Voir Marc Durand en entrevue après le débat

 

Le Grand Débat : Doit-on exploiter les hydrocarbures de roche-mère ?

Géologie et technique

vendredi 25 octobre 2013 à Saint-Cyr-sur-Morin





 

Mémoire de Marc Durand déposé à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec

Les hypothétiques gisements d'hydrocarbures non conventionnels au Québec

Risques et enjeux

 

 

Mémoire déposé (pdf) 

 



 


Entrevue de Jean Baril dans le cadre du Forum sur les hydrocarbures Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

(CRÉGIM, 28 août 2013)

 

Lien pour la vidéo

 



 

Vidéo de Marc Durand au sujet de la norme de 400 m du règlement provincial

 

Lien pour la vidéo

Plus d'information sur la page Facebook de Marc Durand

 




Entrevue de Marc Durand à l'émission Puisqu'il faut se lever

(98,5 FM, 4 juin 2013)

L'île d'Anticosti conservera des cicatrices profondes de l'éventuelle exploitation pétrolière

qui pourrait nécessiter 12-mille puits selon une analyse de Marc Durand, ingénieur géologue.

 



 

 

Le projet de loi  prévoyant l'imposition d'un moratoire partiel sur l'usage de la fracturation pour obtenir du gaz naturel et le projet de Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection:


Des projets incohérents, insuffisants pour assurer la protection des sources d'eau potable, répondant d'abord aux intérêts des sociétés pétrolières et gazières et qui portent atteinte aux compétences des municipalités et des communautés locales 


Commentaires de l'équipe Richard Langelier, Céline Marier, Marc Durand et Marc Brullemans  

membres du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec. 


 

Le gouvernement du Québec rendait récemment publiques deux importantes politiques publiques concernant l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures au Québec.

 

Il s’agit d’abord du projet de loi numéro 37 intitulé Loi interdisant certaines activités destinées à rechercher ou à exploiter du gaz naturel dans le schiste (ci-après identifié comme le projet de loi).

 

Quelques jours plus tard était déposé un nouveau projet de Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection, projet reprenant et modifiant un projet au même effet déposé le 28 décembre 2011 par le précédent gouvernement [(2011) 143 G.O. II, 5794] (ci-après identifié comme le projet de règlement).

 

Ce nouveau projet de règlement contient plusieurs dispositions qui concernent la recherche, l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures au Québec, tant gaz naturel que pétrole, et ce, qu’il s’agisse de gisements qui nécessitent ou non que des techniques de fracturation soient utilisées pour cette exploration ou  cette exploitation.

 

Un groupe de scientifiques indépendants, motivés par la seule recherche du bien commun et de l’intérêt public, a procédé à une première analyse de ces politiques publiques et plus particulièrement à l’examen du projet de règlement.

 

Ce groupe de scientifiques est composé de M. Marc Brullemans, biophysicien, de M. Marc Durand, ingénieur-géologue, de Richard E. Langelier, juriste et sociologue, de Mme Céline Marier, biologiste et de Mme Chantal Savaria, ingénieure-géologue et spécialiste en hydrogéologie des contaminants.

 

Ce même groupe de scientifiques avait rencontré les autorités et experts du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, le 18 mars 2013, et avait soumis des recommandations en regard des questions faisant l’objet du projet de règlement. Suite à cette rencontre, une lettre a été adressée aux autorités de ce ministère. On la retrouvera en annexe du présent document.

 

Bien que ce groupe d’experts ait décidé de poursuivre son analyse de ces politiques publiques, et qu’il partage, pour l’essentiel, les opinions déjà émises par MMs Marc Durand et Richard E. Langelier, il a quand même souhaité présenter dès maintenant les résultats de son examen préliminaire sur certains points cruciaux du projet de réglementation de façon à permettre aux citoyens et citoyennes du Québec de participer pleinement au débat démocratique qui s’impose en regard de la proposition de toute politique publique. 

 

Lien vers le document complet en format .pdf


 



 

Projet de loi qui formalise le moratoire le moratoire de l'exploration et de l'exploitation des gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent - Commentaires de Marc Durand


 

 

Le 15 mai 2013 le ministre Yves-François Blanchet du MDDEFP a déposé un projet de loi qui "formalise le moratoire sur l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent" . La loi sera sera en vigueur jusqu'à l'adoption de la nouvelle loi sur les hydrocarbures

 

Cependant ce moratoire ne s'applique qu'au gaz de schiste de l'Utica, en excluant le reste du Québec où pourtant la même fracturation hydraulique est soit envisagée (Gaspésie), soit indispensable pour extraire les hydrocarbures (Anticosti). Le projet ne deviendra loi que si l'opposition lui permet de passer. On peut s'attendre à ce que le parti libéral s'objecte et pour la CAQ, "on verra!".

  

C'est un pas dans la bonne direction, mais cette direction apparait cependant assez ambivalente. Dans la conférence de presse le ministre a fait preuve d'un manque de préparation par rapport aux questions très pertinentes des journalistes présents. En lisant le texte de la conférence de presse (http://www.assnat.qc.ca/fr/actualites-salle-presse/conferences-points-presse/ConferencePointPresse-11415.html), on sent bien que les journalistes, comme bien des gens dans la population, ont une longueur d'avance sur le ministère. Je ne dis pas qu'il n'y a pas eu de préparation au MDDEFP; il est manifeste que beaucoup de discussions ont eu lieu au caucus. Des impératifs liés à l'opinion publique d'une part, d'autres liés aux gros sous que font miroiter les lobbyistes de Pétrolia et Junex pour le pétrole d'Anticosti d'autre part, ont certes été soupesés. Pour ménager la chèvre et le choux, on interdit l'exploration/exploitation du gaz mais on accorde à l'industrie l'exploration/exploitation du pétrole ailleurs que dans l'Utica des Basses-Terres. C'est ça l'essentiel de la préparation du ministre pour livrer cette présentation.

 

Ce compromis bancal a mal tenu la route devant les journalistes. Le gouvernement va rouler quelques temps encore avec ce pneu carré. La même technique d'extraction par fracturation hydraulique est requise. L'incongruité de ce choix politique a transparu dans des explications tarabiscotées du ministre Blanchet quant il tentait de le justifier par la géologie: or Anticosti fait bel et bien partie des Basses-Terres du St-Laurent. Le shale nommé Macasty à Anticosti est le prolongement dans cette même province géologique du shale d'Utica. Le ministre s'est fourvoyé dans ses deux affirmations géologiques. On ne lui en voudra pas de ne pas être féru en sciences de la terre, mais ne n'est pas la première fois que les experts du MDDEFP qui l'alimente en information font si piètre figure.

 

Je le répète: l'exploration/exploitation du shale de Macasty à Anticosti est pire que celle du shale d'Utica pour deux raisons techniques: 

 

1-La fracturation a pour le pétrole de roche-mère un rendement dix fois moindre que dans le cas du gaz de schiste; seulement 1 à 3%. Dans le cas du gaz c'est 20% ce qui est quand même très peu et pose aussi problème. On fracturera tout le volume du shale à Anticosti pour n'écrémer que 2% du pétrole. Le reste va devenir une nuisance à écoulement lent pour des temps indéfinis. Cela au gouvernement, on a pas pris le temps de le prendre en considération.

 

2- Dans une roche-mère (shale) comme à Anticosti, les hydrocarbures sont finement disséminés dans toute la masse du roc. C'est du pétrole ET du gaz finement associés*. Impossible d'extraire le pétrole seul; en fait le gaz va s'écouler en grand débit par tout les puits. À Anticosti il n'y a pas et il n'y aura pas de possibilité de transporter et encore moins commercialiser ce gaz. Seule avenue possible le brûler à la torchère comme cela se fait au Dakota faute de gazoducs trop chers à construire par rapport au prix du gaz. Or il y a probablement autant de gaz dans le Macasty que dans tout l'Utica. Un beau cul-de-sac et un beau recul à prévoir au PQ sur cette question quand ce problème oublié va devenir prépondérant.

 

Il aurait été beaucoup plus clair et logique d'interdire la fracturation pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures. Ce qui aurait néanmoins permis l'exploitation des gisements conventionnels. C'est l'approche que d'autres pays ont privilégiée, car c'est beaucoup plus cohérent. Tenter de justifier par des découpes territoriales que ce qui est inacceptable à un endroit devienne éventuellement acceptable à un autre, constitue une démarche qui mène nulle part.

  

Il y a urgence pour le gouvernement d'annoncer des intentions claires: cet été des foreuses débarquent à Anticosti. Tant Junex que Pétrolia ont annoncé des plans de travail qui ciblent le shale de Macasty et prévoient l'utilisation de techniques de fracturation. L'exclusion d'Anticosti de l'actuel projet de loi, l'absence d'annonce d'interdire la fracturation d'ici à ce que des études scientifiques se prononcent sur cette technique dangereuse, ne m'apparait pas fortuit. Le gouvernement donne l'apparence d'un feu vert pour ces activités. Aucune étude n'est annoncée, aucun BAPE pour le pétrole de roche-mère. Le Collectif Scientifique à envoyé au ministre un DVD pour lui présenter un aperçu des aspects scientifiques problématiques liés à Anticosti (Conférence No 8), car il serait souhaitable que le gouvernement s'informe sur ces aspects de la question. S'il s'en tient au seul discours des promoteurs, il arrivera à répéter avec le pétrole d'Anticosti les mêmes erreurs que sous le gouvernement précédent de 2006 à 2011 dans le dossier du gaz de schiste. 

 

*Contrairement au cas des gisements conventionnels de pétrole et de gaz, où les deux produits ont migré séparément sur des longues périodes de temps géologiques. Dans les gisements où les deux phases sont présentes, elles sont séparées, la couche du gaz plus léger surmontant celle du pétrole.

 


Marc Durand

Doct-ing en géologie appliquée, géotechnique et hydrogéologie

Professeur retraité - Sciences de la Terre et de l'atmosphère, UQAM

 

Lien vers le projet de loi No37

 

 



Jean Baril remporte le 1er prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant


 

Hier soir, à l'Assemblée nationale, Jean Baril recevait le premier prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant pour sa thèse doctorale Droit d’accès à l’information environnementale : pierre d’assise du développement durable, sous la direction de Paule Halley, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit de l'environnement, ainsi que la médaille de l'Assemblée nationale.

 

Il a également remporté le prix Ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur du Québec / Ministère des Affaires étrangères de France. Cette bourse couvrira les frais de transport et de séjour d'une semaine à Paris pour que le lauréat participe, en 2014, à la Journée du livre politique de France.

 

La Chaire offre ses plus sincères félicitations à Me Baril!

Pour en savoir plus: http://www.assnat.qc.ca/fr/actualites-salle-presse/communiques/CommuniquePresse-2403.html

 



 

Le Centre québécois du droit de l'environnement dépose une requête

pour l'application de la Loi sur la qualité de l'environnement

Communiqué de presse en pdf

Requête juridique en pdf

Site du CQDE


COMMUNIQUE CQDE 19 mars 2013 

 





Le CQDE obtient la liste des produits chimiques utilisés par l’industrie du gaz de schiste malgré le traitement inapproprié de sa demande par le MDDEFP

Lire le communiqué de presse sur le site du CQDE
 

 



 


Réaction de Marc Durand après la déclaration de l'INRS

Extrait de sa lettre envoyé au Pharillon, hebdo de la Gaspésie 

 

« Je fais état publiquement de mon désaccord total avec monsieur Lefebvre, porte-parole d l'INRS au sujet du risque de contamination de la nappe phréatique et des puits de captage qui alimentent la ville de Gaspé. Il est cité ci-dessus ainsi : " La technique de Pétrolia a été pensée pour ça (…) pour éviter la contamination". Pétrolia n'a pas inventé une nouvelle technique Pétrolia miraculeuse. La cie fore des puits avec les mêmes techniques employées partout par l'industrie pétrolière; ces techniques ont à maintes occasions causé des contaminations de nappes. C'est la raison pour laquelle l'État de New-York par exemple interdit maintenant les forages dans les zones où des nappes phréatiques alimentant les villes.

J'ai été professeur-chercheur en hydrogéologie depuis 1974; j'ai encadré des maîtrises et doctorat dans ces sujets appliqués. Jamais je n'ai vu un institut prendre position aussi catégorique sans nuance pour une industrie reconnue comme celle qui a le pire bilan en terme de pollution de l'eau souterraine. La ville de Gaspé a pris une démarche prudente et sensée; ce n'est pas le cas de la prise de position de M. Lefebvre.

 

Marc Durand,

Doct-ing en géologie appliquée, géotechnique et hydrogéologie,

Professeur retraité, Département des Sciences de la Terre et de l'atmosphère, UQAM

 

Lien vers l'article complet.

 

 



 

Textes récents de Marc Durand

 


Le fluide de fracturation pénètre facilement dans les failles et autres zones géologiques à risques

Est-ce que les failles sont vraiment des "autoroutes" pour la circulation d'eau souterraine? Ou sont-elles recimentées et donc imperméables comme le soutiennent des experts de l'industrie?
 
Voici ce qu'on peut lire dans un document promotionel* de Halliburton:  « Fracturing into a fault or other geohazard can be a nightmare scenario for any frac engineer. It can lead to the sudden loss of pressure, the loss of costly fluid, job delays and out-of-zone stimulation. » - La fracturation (hydraulique) dans une faille ou autre élément à risque peut devenir un vrai cauchemar pour tout ingénieur du frac. Cela peut mener à une perte brusque de pression, la perte du coûteux fluide de fracturation, des retards et de la fracturation hors des zones prévues.
 
Évidemment on n'insiste dans ce document d'Halliburton que sur l'aspect $$$; pas un mot sur les problèmes de risques environnementaux!   Lire la suite

 

Fuites de méthane

En cette dernière semaine de novembre 2012, la question des fuites revient dans l'actualité: TVA_Nouvelles Trois-Rivières.

 

Le puits Talisman LaVisitation No1 foré en 2008 a rencontré de nombreuses difficultés qui sont relatées dans le rapport déposé au MRNF. Des zones de faille ont notamment été recoupées par le forage; le rapport Molgat en mentionne aux profondeurs 1185m et 2235m, mais comme plusieurs carottages initialement prévus ont du être abandonnées en raison de problèmes techniques (déviation, frottement excessif sur les parois, etc), il est fort probable qu'on ne les a pas toutes identifiées.

 

Parmi la vingtaine de visites d'inspection (voir Note 1 plus bas) des puits de gaz de schiste, une seule visite concerne le puits de LaVisitation. Cette inspection faite en novembre 2010 signale des fuites, tant à l'intérieur, qu'à l'extérieur du tubage principal.   Lire la suite

 

Reportage sur Anticosti à Radio-Canada

La Semaine Verte a diffusé ce week-end une émission sur Anticosti. On y a parlé du shale Macasty; bizarre que ce soit cette émission, excellente par ailleurs, qui traite de pétrole !
 
La Semaine Verte, samedi 24 nov.2012 Voir le bloc 4 du reportage.
 
J'ai fait ce courriel à la réalisatrice:
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Vous avez diffusé un très intéressant reportage sur Anticosti, je vous en félicite; j'ajouterai cependant des commentaires sur le dernier volet traité: le pétrole du shale Macasty.
 
Je suis tombé par hasard sur ce reportage. On ne pourrait s'attendre nécessairement à suivre La Semaine Verte pour entendre parler du pétrole de roche-mère. Le reportage pourrait intéresser un plus large public. J'ai bien apprécié les premiers volets: historique, la flore et la faune de l'île; mais quant au dernier volet, vous avez comme seul point de vue technique une entrevue avec le promoteur pétrolier, M Proulx, pdg de Pétrolia. Deux autres entrevues figurent dans ce volet (celle du maire et M. Pitre de la SEPAQ), mais ils n'ont pas l'expertise pour répondre vraiment sur l'aspect technique du projet.   Lire la suite


 



 

Où en est-on ?

Communiqué sur la position du Collectif scientifique, octobre 2012

Pierre Batellier et Lucie Sauvé

En collaboration avec Marc Brullemans, Robert Desjardins et Bernard Saulnier.

Pour le Comité de coordination

À la lumière de l’important travail de veille scientifique réalisé au cours des deux dernières années, le Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec appuie fortement l'intention du gouvernement actuel d'instituer un moratoire complet sur le développement de la filière du gaz de schiste. Le Collectif salue aussi les propos de la ministre des Ressources naturelles, madame Martine Ouellet, qui a souligné la non-innocuité des procédés de la filière et en conséquence, la nécessité d’interdire la fracturation hydraulique (quel que soit le fluide utilisé). Ainsi, la question fondamentale posée par le Collectif dès février 2011 pourra être remise à l'ordre du jour : celle de la pertinence même de l’exploitation du gaz de schiste en fonction d’une rigoureuse évaluation des besoins énergétiques réels de la population, à court, moyen et long terme, et au regard d'une analyse des diverses façons d'y répondre.  (Lire la suite)

 




Cycle de conférences 2011-2012

 

Visionner les vidéos des conférences archivées

 

 




 

Ajouts récents sur le site


 

Cycle de conférences


Regards sur le gaz de schiste

 

Textes choisis


Article d'actualités scientifiques

 

Articles scientifiques, officiels et présentations

 


Enjeux de l'ÉES

 

Quoi de neuf au Collectif ?


Vidéo


On parle de nous

Mis à jour ( Lundi, 14 Avril 2014 14:15 )